+33.6.98.97.40.77
+33.6.98.97.40.77

Hypnose pour avoir confiance en soi

« C’est l’image que nous avons de nous-mêmes qui fait notre destin » Nathaniel Branden
« La confiance en soi est un élément majeur : sans elle aucun projet n’aboutit » Tabarly

Qu’est-ce que la confiance en soi ?

Il ne s’agit pas d’une pensée comme certains pourraient le croire mais bien du fait de se sentir donc
d’avoir la sensation de… Exemple « Je pense que je peux faire ceci … » mais bien « je sens où je
ressens que je peux faire cela ». Non, la confiance se loge en nous, dans notre âme, dans notre coeur.
Lorsque nous avons l’habitude de pratiquer quelque chose comme le dessin par exemple, nous
aurons forcément confiance en ce que nous faisons et donc à notre aptitude à réaliser telle ou telle
chose, nous aurons donc confiance en nous. Par contre, si nous nous lançons dans la pratique du
roller en nous disant « je pense que je vais y parvenir, là, il s’agit de la foi car nous ne pouvons pas
savoir avant d’avoir tester et pratiquer l’expérience. Nous pouvons aussi ressentir de la crainte et de
la peur par manque d’expérience et dans ce cas nous pouvons parler de manque de confiance.

Oui mais la confiance en soi et l’estime de soi … c’est pareil ?

Que nenni ! L’estime de soi est la référence de ce que l’on ressent pour soi-même c’est-à-dire à la
valeur tandis que la confiance est fondée sur la capacité à réaliser certaines choses. Quand nous
avons peu d’estime de nous – même, nous aurons tendance à tenir ce genre de propos ; « Mon frère
réussi mieux que moi tout ce qu’il entreprend », « Je ne suis capable de rien de bon » etc… Pour
pouvoir gagner en confiance, il suffira donc de pratiquer et faire des expériences mais en ce qui
concerne l’estime de soi, cela est pour ma part, plus profond et plus compliqué à travailler. En effet,
dès les premières années de vie d’un enfant, les parents influencent énormément le développement
de l’estime de soi, positivement ou non. Par exemple, les émotions ressenties par un enfant aimé
d’un amour absolu, auront un impact direct le rendant émotionnellement stable avec du coup une
belle sensation d’estime de soi. D’autres facteurs entrent en jeu, par exemple lorsque j’étais enfant,
je souffrais de problème de TDH (troubles de l’attention) mes notes s’en ressentaient et ma maman
pouvais me dire ce genre de choses ; « Tu es une incapable ! » ou bien « Tu es une bonne à rien ».
Elle me comparait très souvent à ma sœur qui avait de bonnes notes. J’ai donc souffert d’estime de
moi pendant de longues années. Les expériences en société ont également une incidence sur l’estime
de soi car nous nous comparons bien trop souvent et cela commence dès l’entrée à l’école avec nos
petits camarades de classe. Ensuite, lorsque l’adolescence pointera le bout de son nez, l’estime de soi
sera encore plus marquée et importante pour le jeune qui se comparera à ses relations amicales par
exemple. Un jeune qui aura tendance à rester seul aura très souvent plus de chance d’avoir moins
d’estime de lui-même. Vous l’aurez donc compris, le comportement des parents joue un rôle crucial
dans le développement de l’estime de soi de l’enfant et du coup de l’adulte à devenir. L’attention, le
soutien, les encouragements amèneront aux enfants à avoir une forte estime d’eux même. On
comprend dès lors que beaucoup d’enfants ayant vécus de mauvaises situations comme des
critiques, abus physiques, moraux, sexuel aurons quasiment à chaque fois un souci d’estime de soi.
Une autoévaluation a été développée par le médecin et sociologue Rosenberg, il s’agit d’une échelle
partant de 0 à 30 où le résultat inférieur à 15 pourrait mettre en exergue un souci de confiance en

soi. L’échelle de Rosenberg est considérée comme valide et fiable. Sachez que si vous souffrez de
manque de confiance en vous ainsi que d’un manque d’estime de vous, il sera préférable d’attaquer
un souci à la fois. On commencera souvent par s’occuper de la confiance puis de l’estime de soi.

L’hypnose et la confiance en soi et l’estime de soi

Vous évitez les miroirs ? Vous avez l‘impression permanente de ne pas être à la hauteur ?
Vous pensez que vos capacités et vos ressources ne sont pas suffisantes et cela impact négativement votre vie dans plusieurs domaines? Beaucoup de personnes sont confrontées à cette sensation
d’inefficacité et de peurs de faire des choix et ou prendre des risques. Il existe en réalité plusieurs causes pouvant enclencher ce processus de mal être ; les souvenirs d’expériences douloureuses dans
l’enfance ou dans un passé plus proche, croyances négatives par rapport à soi – même etc…
Du coup, on vous a peut-être conseillé l’hypnose pour booster ce manque d’estime de vous ? Le travail
de l’hypnothérapeute sera d’identifier les causes et de vous donner la bonne démarche à suivre en vous plongeant dans un état hypnotique.

Mais qu’est-ce que l’hypnose ?

Il s’agit d’un état de conscience particulier proche du sommeil, incité par des exercices de suggestion
(magnétisme, hypnotisme) ou par des méthodes chimiques. Au sens figuré, il s’agit d’un état de
somnolence et suppression de la volonté. Cet état est aussi naturel, on peut le vivre chaque jour en
laissant son esprit s’échapper, par exemple lorsque nous regardons les vagues de l’océan se jeter sur
le sable.

L’hypnose dans l’histoire

Tout d’abord, sachez qu’il me serait difficile de résumé l’entièreté de l’histoire de l’hypnose et de tous ses protagonistes. En effet, un grand nombre de personnes ont contribués à faire évoluer celle-ci. Il y a différentes hypnoses avec diverses nuances dans chacune de celles-ci. Exemple, pour la médecine magnétique : le médecin Suisse Paracelse, Marsile Ficin poète et philosophe italien, Roger Bacon un savant anglais alchimiste et philosophe, surnommé Doctor Mirabilis grâce à sa science dite prodigieuse ou encore Pietro Pompanazzi grand humaniste et philosophe italien. Ceux-ci prétendent que la bonne santé est en lien direct avec le microcosme individuel et le macrocosme céleste, ceux-ci contenants des fluides et influences mystérieuses de diverses sortes. Paracelse, pense que l’âme peut s’étirer en dehors de l’organisme et avoir un effet sur le corps et la volonté ainsi que des pouvoirs sur autrui.

Robert Fludd, médecin anglais ayant été influencé par Paracelse, pratique lui, la médecine à distance. Parmi les autres acteurs de ce mouvement, nous retrouverons le savant allemand Rudolf Goclenius, appelé Gockel, qui considère que la nature est régie par une puissance omniprésente consistant dans la loi de l’attraction ainsi que de la répulsion. Le médecin belge Jan Baptist van Helmont est lui aussi d’accord avec Gockel et tous deux considèrent le magnétisme comme de la magie. On retrouvera également Athanasius Kircher (1602-1680) polygraphe et polyglotte qui toucha à de nombreux domaines du savoir de son époque( l’astronomie, la kabbale, le magnétisme, …), ainsi que les médecins Ferdinand Santanelli et l’ écossais William Maxwell.

Le médecin viennois Franz Anton Mesmer fut le premier (en 1773) à tenter d’expliquer la manifestation hypnotique. Sa théorie du « magnétisme animal » est appelée « mesmérisme ». Il signe une dissertation intitulée « De planetarum influxu » ou il défend la théorie d’un fluide (éther originel) qui emplirait tout l’univers et toute matière, l’homme et le cosmos. Il est considéré comme le précurseur de l’hypnose moderne et ses théories et pratiques thérapeutiques eurent un énorme retentissement dans la progression de la psychologie, la parapsychologie ainsi que de la médecine générale. Selon lui, le magnétisme animal est le pouvoir que l’homme a de guérir et soigner ses semblables grâce à ce fluide. Il pratique des « passes mesmerienne » qui répandraient ce magnétisme sur l’entièreté du corps du sujet pour parvenir à le guérir. Mesmer publia en 1766 à Vienne « De l’influence des planètes sur le corps humain » celui-ci ayant été convaincu et influencé par les postulats de ses prédécesseurs du XVIIe siècle et par leurs travaux sur le magnétisme. Ce magnétisme animal a fait l’objet de polémiques en France, par exemple, la Faculté de médecine qui à stigmatiser et condamner cette méthode à tous les praticiens de la médecine dès 1784. Mesmer pense que ce fluide pourrait être en lien avec la gravitation universelle, étant influencé par Richard Mead concernant les effets atmosphériques sur le corps de l’être humain. Jusqu’à un jour d’été 1774, ou un de ses amis Maximilien Hell, astronome, lui raconte une anecdote qu’il à lui-même vécu. Un homme et sa femme sont venus auprès de lui car celle-ci souffrait de grosses douleurs et crampes dans l’estomac. Hell décida alors de placer un aimant sur le ventre de cette dame et celle-ci fut sauvée. Parce que depuis le moyen-âge, on décerne à l’aimant de grandes facultés curatives car il attire à lui tout maux, aussi simplement qu’il attire d’autres métaux. Mesmer demande alors à son ami de lui confectionner divers aimants et lors de ses consultations et pratiques, il expérimentera l’efficacité incontestable de ces derniers.
En novembre 1841, James Braid un chirurgien de Manchester admire le spectacle d’un magnétiseur français La Fontaine. Il est convaincu de l’authenticité de celui-ci mais refuse totalement la théorie du fluide, sa théorie est basée sur la physiologie cérébrale. Son génie ? Avoir compris qu’hypnotiser émanait plus du savoir que d’un pouvoir quelconque. Il prouva aussi la puissance de la suggestion verbale. C’est lui qui a inséré la méthode de fixation d’objets comme technique de connexion hypnotique. Il pratiqua du coup, des interventions chirurgicales sous analgésie hypnotique.

Les 3 mouvements notables sont

Les spiritualistes: Dans le domaine religieux comme philosophique qui pensent agir sur les malades par la puissance de la prière et de la volonté. D’autres considérant que la transe permet aux magnétisés d’entrer en contact avec des guides, anges et esprits.

Les mesmériens: Qui considèrent que les changements psychiques et physiologiques déclenchés par la magnétisation en mettant l’accent sur la circulation du fluide exemple « l’électricité vitale ».

Les psychofluidistes: Qui considèrent la volonté comme étant l’émissaire véritable de l’action magnétique, tout en conservant la probabilité d’un fluide comme vecteur de cette volonté. Comme par exemple le marquis de Puységur grandement intéressé par les travaux et recherche de Mesmer et qui entama de son côté des expériences dans son domaine de Buzancy à Soissons. Voici à nouveau un mystérieux évènement qui se passa lors d’une séance. Le 4 mai 1784, un paysan appelé Victor Race qui travaille pour la famille du marquis, souffre de fièvre et crache du sang. Le marquis décida alors de tenter de soigner celui-ci avec la méthode de magnétisme animale de Mesmer. Dès lors, que le marquis commenca, Victor tomba dans un sommeil intense, les convulsions dont il était pris cessèrent. Malgré son état, il montra une activité cérébrale vive et devina les pensées du marquis en parlant de sujets ayant rapport aux intérêts de celui-ci et dont il n’avait absolument pas connaissance. Le marquis étonné de cette révélation va donner des injonctions à Victor Race et celui-ci obéira. Victor sera guérit, il expliquera qu’au moment de l’expérience, il était à même de voir tout ce qui se passait dans son corps. La variation entre la technique de Mesmer et celle du marquis est que Mesmer était l’acteur de la guérison des patients et le marquis lui apprenait aux patients à se guérir seuls. Lui et Victor vont d’ailleurs continuer à pratiquer diverses expériences.

Petit rappel pour la suite de l’article, le terme patient ne peut pas être utilisé dans ce contexte car l’hypnose n’est pas reconnue par l’état.  Exemple ; un sophrologue, hypnothérapeute etc…  Le mot soigner est lui aussi interdit, donc nous éviterons ce terme même si la personne qui demande l’aide au thérapeute souffre…

Quelles sont les différentes sortes d’hypnoses ?

L’hypnose classique ou hypnose directe : Il s’agit de l’hypnose la plus impressionnante et la plus ancienne car elle engendre rapidement l’état d’hypnose. Le thérapeute se placera au-dessus du sujet et utilisera un ton autoritaire et directif, monotone et rythmé afin d’obtenir l’adhésion rapide de la personne. Elle est utilisée depuis plusieurs siècles, le pionnier de cette pratique était Franz Mesmer comme je l’ai expliqué plus haut. Elle est aussi associée au célèbre claquement de doigt et du « dormez ! » Cette pratique a tendance à faire peur ou à intimider les personnes et nous pouvons tout à fait le comprendre ! Elle est présente dans le milieu médical et dans le spectacle.

La conversation Ericksonienne : Il s’agit d’une conversation hors transe c’est-à-dire une stratégie rhétorique et technique hors de tout état hypnotique. Le thérapeute prendra une position basse par rapport à son client et utilisera lui aussi un langage et un ton particulier que l’on nomme le « langage d’influence » il mettra en place, la synchronisation au sujet. Dans cette pratique, on estime que la personne détient en elle, toutes les solutions à ses blocages et problèmes. Le thérapeute lui, l’aidera à les mettre en lumière en proposant plutôt qu’en ordonnant. Certains parlent d’hypnose Ericksonienne ce que je ne ferais pas car l’activité cérébrale du sujet se trouve dans un état non modifié même léger.

L’hypnose conversationnelle : Il s’agit d’une façon qu’à l’hypnothérapeute de vous guider vers un état de mieux être et de bien être en utilisant un langage particulier. Dans un premier temps le thérapeute parlera avec vous des diverses difficultés que vous rencontrez et dans un second temps, il est tout à fait probable qu’il vous invite à vous allonger et fermez les yeux afin de vous emmener vers l’état hypnotique. Cette méthode ne passe pas par une transe profonde, il s’agit d’une induction hypnotique mais qui ressemble tout à fait à une conversation normale (pas d’ordre, ni changement de ton,…) Il s’agit bien dans ce cas de placer la personne en état modifié de conscience. Cette hypnose est intuitive, le thérapeute écoute soigneusement la personne pour déceler d’éventuels peurs, blocages, traumas etc… L’objectif est que le client redécouvre ses forces et potentialités pour pouvoir traiter et surmonter ces problèmes. Le thérapeute utilisera des suggestions avec un langage spécifique comme ; l’utilisation d’informations positives, des métaphores, et autres manières indirectes qui agiront dans l’inconscient du client. A savoir que chaque thérapeute y ajoutera des moyens ou astuces différentes en personnalisant sa pratique. Il sera donc important de vous sentir à l’aise et en parfaite adéquation avec le thérapeute et ses méthodes.

 L’hypnose de spectacle : L’hypnose de spectacle est une distraction souvent appréciée mais voilà, il faut rester très prudent quant à la véracité de cette méthode. N’oublions pas que lors de ces démonstrations, beaucoup de complices sont là pour convaincre les spectateurs ! Lorsqu’un ou une spectatrice monte sur scène pour participer à l’expérience, le stress et la peur engendre une position de vulnérabilité qui « oblige » ou induit celui ou celle-ci à se soumettre aux injonctions données par l’hypnotiseur. N’oublions pas que notre cher James Braid était convaincu de la véracité des pratiques hypnotique dans les représentations publiques de Charles Lafontaine magnétiseur notoire! Ces spectacles ont contribué à la popularité de cette pratique. Joseph Rémi Léopold Delboeuf mathématicien et psychologue belge a lui aussi pratiquer des hypnoses publiques et en 1890 dans « Magnétiseurs et Médecins » il demande « Que chacun puisse faire de l’hypnotisme public ou privé, sous sa propre responsabilité ». Lui et Alfred D’Hont alias Donato ont d’ailleurs pratiquer ensemble des séances publiques. Actuellement, le plus grand hypnotiseur de spectacles est Eric Normandin alias Messmer, en hommage à Franz Mesmer célèbre magnétiseur.

La Neuro-hypnose : Il s’agit d’une hypnose qui va droit au but en donnant des résultats précoces. L’hypnothérapeute donne à son client les éléments dont il a l’utilité pour la séance. L’induction peut être à la fois une invitation ou une injonction, le thérapeute adaptera sa manière de faire selon les réactions de son client. Cette méthode puise dans diverses techniques d’hypnose exemple l’Ericksonienne ou conversationnelle etc…

L’auto-hypnose : Dans ce cas, le sujet pourra s’induire seul dans un état de conscience transformé afin de pouvoir lâcher- prise, améliorer le sommeil, se relaxer et lutter contre le stress, elle peut aider à lutter contre les phobies, perte de poids et l’arrêt du tabac.

Voilà, je pense avoir résumé les différentes grandes formes d’hypnoses mais de par mes expériences vécues, je ne peux m’arrêter là ! En effet, je serai incomplète si je ne vous parlais pas de la déshypnose ainsi que de la TDH (Trans Communication Hypnotique).

La déshypnose

Etrange se terme qu’est la déshypnose… mais de quoi s’agit-il ? Elle part d’une simple interrogation, à savoir, « Sommes-nous tous en état d’hypnose de manière ininterrompue ? » Oui, dans notre tête défilent souvent, si pas toujours, des images, sensations provenant de souvenirs et expériences de notre passé.  A cela s’ajoute la projection dans le futur, l’anticipation ainsi que la distorsion et la surinterprétation du présent qui nous empêche de vivre correctement dans le moment présent. A cause de tout cela, nous ferons automatiquement des rapprochements et comparaisons, nous serons dans le jugement. Nous avons quasiment tous conscience que si nous avons des pensées positives alors nous aurons de bonnes émotions, de bonnes réactions qui engendreront un bon comportement et de bons résultats dans notre vie, cela en va de même pour les points négatifs. C’est à ce moment-là, que nous aurons conscience que les résultats de notre vie sont les conséquences de nos pensées, donc de notre mental. Savez-vous que nous créons en moyenne 60 000 pensées par jour?  Vous êtes-vous demandez combien choisissez-vous de pensées réellement ? La réponse vous la connaissez… très peu. Ensuite, posez-vous cette question « Est-ce réellement vous qui pensez ou est – ce la pensée qui pense et même si on ne le veut pas ? »  Pour ceux qui diront que ce sont bien eux qui pensent, nous leurs suggérerons alors d’arrêter de penser pendant 15 minutes… Alors ça donne quoi ? Pas terrible n’est-ce pas ?  En réalité, le plus grand hypnotiseur du monde est notre mental. Nous ne voyons jamais la véritable réalité, nous ne regardons que le reflet de notre mental donc de notre imaginaire. Le mental agit comme un filtre entre nous et le monde. On ne voit que le reflet et n’avons jamais accès directement au monde. Tous nos soucis problèmes et blocages de notre vie entière n’est qu’imaginaire et comme dans un rêve on ressent toute les sensations dans notre corps tout comme le fait d’imaginer un citron pressé au-dessus de notre bouche, nous fera saliver alors qu’il n’existe pas. Donc, toutes nos impressions, sensations, émotions que nous ressentons dans notre corps, ne sont que des effets hypnotiques de part la manière dont notre mental nous hypnotise intensément jour après jour. C’est ce qu’on appelle l’hypnose mentale.                                                                                                                                                             La déshypnose permet d’agir en soi en changeant notre rapport à tout ce que nous ne contrôlons pas consciemment. Nos émotions, notre mental, nos pensées et nos habitudes mais aussi nos facultés et potentiels qui sont des choses que nous ne contrôlons au final pas souvent. Cette méthode nous aide à nous servir du silence mental (vivre l’instant présent en se recentrant et en maîtrisant le lâcher-prise et la concentration par exemple.) Elle nous aide aussi à utiliser notre pouvoir mental comme l’attraction, sublimation etc… Elle consiste à aller au-delà de l’imaginaire, de ce que nous pensons être, de notre mental et des nos limites, elle nous dirige vers le point zéro c’est-à-dire la non pensée. Elle déjoue la puissance du mental.

 

A qui s’adresse la déshypnose ?

A toute personne qui désire trouver le contrôle de leur mental ainsi qu’aux personnes rencontrant un certain mal-être passager ou récurrent comme les crises d’angoisse, manque de confiance en soi, douleurs physiques, maladie, addictions, troubles alimentaires, blocages relationnels, déprime, blocages émotionnels etc… Les séances durent en règles générales 1 h.

La Trans Communication Hypnotique ou TDH

Mais qu’est – ce que c’est le TDH ? Tout d’abord, il faut connaître cette anecdote qui peut pour certains être un présage ou signe d’une forme divine ou d’un fluide présent partout et en nous. A l’âge de 9 ans Jean-Jacques Charbonier à subit une chute grave dans la cour de son école (fracture polyfragmentaire de la tête humérale) ce dernier a survécu grâce à une guérison miraculeuse à Lourdes… Un jour de l’année 1886, alors qu’il effectue un stage au SAMU, il essaie de sauver la vie d’un jeune homme ayant subi un grave accident de voiture et qui est coincé sous les taules de celle-ci. Malheureusement, il ne parvient pas à le sauver et ressent tout à coup, l’âme du jeune homme s’extirper de son corps succombant. Depuis 2004, Jean-Jacques Charbonier est un médecin anesthésiste au service réanimation de Toulouse. Dès le tout début de son travail, il s’intéresse à l’état des personnes ayant subi des arrêts cardiaques. En effet, il remarque que les sujets sont tout à fait apaisés en ce qui concerne les souffrances du deuil et le rapport à la mort. Il aimerait dès lors, placer des personnes sous hypnose pour que celles-ci puissent, sans subir d’arrêt cardiaque, trouver le même état de bien-être et d’apaisement. Celui-ci insiste sur le fait que ses recherches ne sont pas médicales, il pratique donc ces expériences sous le nom Jean-Jacques Charbonier et non docteur Charbonier. Il invente alors le terme Trans Communication Hypnotique et met au point un protocole qui permet sous hypnose, d’entrer en communication avec les défunts. Il créer alors l’IRCCIE (institut de recherche et communication sur la conscience intuitive et extra neuronale). Dans ce processus, les personnes qui se sont bien préparées seront plus efficaces lors de l’expérience en TCH, gérant mieux leur état de conscience modifié, le contact avec les défunts se fera donc plus facilement.

 

Alors comment se préparer à une séance de TCH ? : Pour maximaliser les chances par exemple de communiquer avec les défunts lors de la TCH, vous pouvez en amont pratiquer l’hypnose avec un thérapeute ainsi que l’auto hypnose, seul chez vous. Cela vous aidera à apprivoiser l’état de conscience modifiée, l’objectif étant que tout le monde puisse atteindre son projet.

Est-ce que la TCH ne sert qu’à communiquer avec nos défunts ?

Tout d’abord, les exemples que je vais citer ont tous étés démontrés. Et la réponse est non, la pratique du TCH permet également au sujet de voir par exemple des images de faits qui ne sont pas encore arrivées en quelque de prédire des évènements, soit le concernant directement ou non (étapes de sa vie, catastrophe naturelle à venir, etc…). Certains reçoivent des messages personnels par rapport à leur vie future, quand d’autres observent des réminiscences de leurs vies passées. Ils se rendent compte que ces messages leurs serviront dans leur vie présente ou future. Les TCHchistes comme on les appelle, peuvent aussi voir des scènes se passant à distance de leur corps physique au moment où ils sont dans la salle en pleine hypnose. Ceux-ci vérifierons la véracité des faits en demandant des détails précis (combien de personnes ? A quel endroit exactement ? etc…) Certains médiums pratiquent cela. Certains sujets racontent avoir eu des messages d’extras terrestre et apparemment le phénomène s’amplifie.   

Ce qu’il faut retenir

Ma conclusion est la suivante, cela ne concerne évidemment que mon avis personnel. De par ma passion pour l’ésotérisme, la spiritualité, le pouvoir de la pensée, sur « qui suis-je vraiment ? » etc… Je piocherai un peu dans toutes les manières de percevoir l’hypnose, pour moi, tous les savants, chercheurs, magnétiseurs, etc… n’ont ni entièrement raison ni entièrement tors et qu’il serait bon de s’ouvrir à chacune d’entre elles. Tout dépendra de la sensibilité de chacun. A la lecture de cet article les explications peuvent parfois paraître très techniques… trop techniques, nous pouvons du coup hésiter quant à la façon de voir ou ressentir les choses. Alors mon conseil est celui-ci, « Faites-vous confiance et dirigez-vous vers l’hypnose ou les hypnoses qui vous parlent le plus ! » Pour ma part, je me suis dirigée vers l’auto-hypnose et les résultats commencent à se manifester. Donc, pour ceux qui se sentent assez sereins que pour entreprendre le chemin seul, « Allez-y ! » Vous n’aurez rien à perdre, bien au contraire car quoiqu’il arrive vous aurez déjà entreprit un chemin vers la compréhension de vous-même. Pour ceux et celles qui préfèrent se diriger vers un thérapeute et tester l’hypnose accompagné, là aussi, je vous répondrai que vous avez tout à gagner ! Bien entendu, les raisons et la situation dans lesquelles vous vous trouvez, auront un impact certains dans le choix de l’hypnose. Mais n’importe le choix que vous ferez, ce sera le bon 😉